6467 Signatures

STOP AU RETOUR DE LA LOI GAILLOT !

Les députés vont en effet se prononcer à nouveau sur l’allongement du délai légal pour se faire avorter et sur l’abrogation de la clause de conscience des médecins relative à l’avortement !

Si la loi Gaillot est votée, le droit à l’objection de conscience du personnel soignant sera gravement menacé et l’on pourra avorter un bébé de 14 semaines en France.

S’il vous plait, réagissez tout de suite en signant l’avertissement adressé au Président de la République, M. Emmanuel Macron :
 

MON AVERTISSEMENT A M. EMMANUEL MACRON, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, « NON A UNE NOUVELLE LOI SUR L’AVORTEMENT ! »


Monsieur le Président,
 

Après avoir été mise en échec par le Sénat, puis par l’Assemblée nationale l’hiver dernier, la proposition de loi Gaillot sera à nouveau soumise au vote des députés prochainement, cette fois avec le soutien affiché de Christophe Castaner, le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale. Comme vous le savez, cette proposition de loi contient l’abrogation de la clause de conscience relative à l’avortement et la possibilité de se faire avorter sur demande jusqu’à la quatorzième semaine de grossesse contre la douzième actuellement. Si elle était votée, la loi Gaillot forcerait donc les médecins à violer leur conscience et affaiblirait l’ultime protection pour l’enfant à naître qu’est le délai légal. Ceci alors que le recours à l’avortement ne cesse de se banaliser dans notre pays avec maintenant plus de 230 000 « IVG » par an !

 

C’est avec dégoût et colère que je songe au choix cornélien auquel pourraient être confrontés les gynécologues français si la clause de conscience était abrogée : ils devront participer à un acte que leur conscience et le serment d’Hippocrate réprouvent ou bien renoncer à l’exercice de leur profession. C’est aussi avec horreur que je pense aux avortements qui seront pratiqués à la quatorzième semaine. A ce stade, l’avortement est « une opération sous anesthésie générale qui consiste à broyer les organes du (…) fœtus », a averti le docteur de Rochambeau, président du syndicat des gynécologue-obstétriciens. « Pour faire sortir la tête ossifiée (du bébé) de l’utérus, il faut l’écraser avec une pince spéciale », a rappelé le Collège national des gynécologues-obstétriciens français.
 

Monsieur le Président, le vote d’une loi aussi extrême choquerait légitimement l’opinion publique à quelques mois des élections présidentielles et hypothéquerait sérieusement vos chances de réélection. Elle ferait de moi un militant acharné de votre défaite. Avec l’ensemble des sympathisants de Droit de Naître, je vous préviens donc qu’il est de votre intérêt de vous opposer personnellement à la loi Gaillot et de recadrer immédiatement M. Castaner.
 

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, l’assurance de ma haute et vigilante considération.
 

Date et Signature 
remplissez le formulaire ci-dessous )

 

 

Difficultés techniques ?

Vous êtes déjà sur une version simplifiée du formulaire de pétition.

Si vous n'arrivez toujours pas à signer cette pétition, vous pouvez en dernier recours envoyer un courriel à signature@petit.io.

Formulaire de signature